Quand le noir est à la mélancolie, ce que le blanc est à la pureté, les lignes s’épurent dans la lenteur.
Quand les couleurs s’égayent, la danse s’anime en impulsions et saccades.
Quand les uns se mêlent aux autres… comme un vent de liberté.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :