DES RACINES ET DES MOTS

le

Entamer une flânerie au hasard des pages d’Alain Bertrand mérite autant de prudence que d’abandon.

Prudence, car, chez lui, les événements décrits se dérobent sans cesse et l’essentiel joue dans les interstices.

Abandon aussi au bonheur d’un style qui doit sans doute une part de sa magie à quelque rêverie perdue, à la préciosité de tous ces petits maîtres auxquels Alain Bertrand, à force de les fréquenter, a fini par ressembler.

Regards – Hommage à Alain Bertrand
DES RACINES ET DES MOTS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s