VALÉRIE BIENFAISANT

En pays d’Absurdie, dans un village qu’on ne peut nommer qu’en éternuant, vit un peuple.

Ce peuple, on ne peut le voir et l’entendre qu’en grimpant à un arbre, en mettant une branche dans le creux des genoux, en lâchant les mains et en se balançant, en arrière, la tête en bas.

Quoique pas n’importe où.

Il faut aussi que cet arbre soit en pays d’Absurdie et ne ressemble pas à une fille.

Ni à un garçon d’ailleurs.

CHINY, CITÉ DES CONTES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s